“En” et “Y” en francés

Les pronoms adverbiaux « en » et « y » n’existent pas en espagnol et se traduisent selon le contexte ou parfois ne se traduisent pas du tout !

Les pronoms « en » et « y » remplacent des compléments précédés des prépositions « de » et « à » 

Le « EN » peut remplacer :

– un nom précédé d’un article indéfini (un, une, des)
Ex : Vous avez des animaux ? – Oui, j’en ai ! Tiene animales ? Si, tengo

– un nom précédé d’un article partitif (du, de la, des)
Ex : Tu veux du vin? – Oui, j’en veux. Quieres vino ? Si, quiero.

– un nom précédé d’un terme de quantité. Il faut alors répéter ce terme.
Ex : Vous désirez un kilo de cerises ? – Oui, j’en désire un kilo. Desea un kilo de ceresas ? Si, deseo un kilo.

On utilise également « en » avec les verbes se construisant avec « de + quelque chose »
Ex : Elle parle de son passé ? – oui, elle en parle. Habla de su pasado ? Si, habla de eso.
Ex : Il revient de Montpellier ? – oui, il en revient. Vuelve de Montpellier ? Si, vuelve de allí.

Le « Y » peut remplacer :

– un complément de lieu
Ex : Isabelle va à la Sagrada Familia – Isabelle y va. Isabelle va a la Sagrada Familia. Isabelle va allí.

– un nom de chose précédé de la préposition « à »
Ex : Il pense à faire ses devoirs – Il y pense. Piensa en hacer sus deberes. Él piensa en ello. 

Francis Cabrel, « Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai)

Bonjour à tous.

L’exercice du jour est de retrouver les différents temps et modes des verbes. Je vous aide en mettant une couleur différente :

En vert, c’est le  ??????

En bleu, c’est le  ????????

En violet, c’est le  ????????

En rose, c’est le  ????????

En rouge, c’est le  ?????

En orange, c’est le  ??????

Mon enfant nue sur les galets
Le vent dans tes cheveux défaits
Comme un printemps sur mon trajet
Un diamant tombé d’un coffret
Seule la lumière pourrait
Défaire nos repères secrets
Où mes doigts pris sur tes poignets
Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai

Quoi que tu fasses
L’amour est partout où tu regardes
Dans les moindres recoins de l’espace
Dans le moindre rêve où tu t’attardes
L’amour comme s’il en pleuvait
Nu sur les galets

Le ciel prétend qu’il te connaît
Il est si beau c’est sûrement vrai
Lui qui ne s’approche jamais
Je l’ai vu pris dans tes filets

Le monde a tellement de regrets
Tellement de choses qu’on promet
Une seule pour laquelle je suis fait
Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai
Quoi que tu fasses
L’amour est partout où tu regardes
Dans les moindres recoins de l’espace
Dans le moindre rêve où tu t’attardes
L’amour comme s’il en pleuvait
Nu sur les galets

On s’envolera du même quai
Les yeux dans les mêmes reflets
Pour cette vie et celle d’après
Tu seras mon unique projet

Je m’en irai poser tes portraits
A tous les plafonds de tous les palais
Sur tous les murs que je trouverai
Et juste en dessous, j’écrirai

Que seule la lumière pourrait

Et mes doigts pris sur tes poignets
Je t’aimais, je t’aime, je t’aimerai

Expresión escrita : una corrección individual para celebrar los 4 meses de Dr. Benji.

¡El tiempo pasa muy rápido! Para los 10 primeros lectores que me sigan en Facebook y que dejen un comentario en mi blog, les corregiré una redacción. Dejad un comentario y os contactaré por mail.

Los temas propuestos:

Principiante: Présente-toi! Preséntate!

Principiante + : Qu’est-ce tu as fait ce week-end ? OU Qu’est-ce que tu feras ce week-end ? (¿Qué has hecho este fin de semana O ¿Qué harás este fin de semana?)

Intermedio: Raconte ton meilleur souvenir de vacances.

Intermerdio + : Raconte ton meilleur souvenir d’enfance.

Avanzado: Es-tu d’accord avec cette phrase : le français ne sert à rien, l’anglais suffit ?

Avanzado + : que doit faire l’Europe pour sortir de la crise?

A très bientôt 🙂 

El condicional en francés con Diane Tell

Le conditionnel se forme sur la base verbale utilisée au futur, en rajoutant les terminaisons de… l’imparfait !

Cela donne :

Infinitif (sans le « e » final pour les verbes qui finissent par «e »

+ ais, ais, ait, ions, iez, aient

Parler

Finir

Prendre

Je parlerais finirais prendrais
Tu parlerais finirais prendrais
Il, Elle, On parlerait finirait prendrait
Nous parlerions finirions prendrions
Vous parleriez finiriez prendriez
Ils, Elles parleraient finiraient prendraient


Quelques irrégularités :
Être : je serais, tu serais…

Avoir : j’aurais, tu aurais….

Aller : j’irais, tu irais

Faire : je ferais, tu ferais…

Pouvoir : je pourrais, tu pourrais

Vouloir : je voudrais, tu voudrais,

Venir : je viendrais, tu viendrais

Voir : je verrais, tu verrais

Beaucoup de verbes au futur dans cette chanson de Diane Tell “Si j’étais un homme” : des verbes réguliers et des irréguliers ! 

Moi, si j’étais un homme, je serais capitaine
D’un bateau vert et blanc,
D’une élégance rare et plus fort que l’ébène
Pour les trop mauvais temps.

Je t’emmènerais en voyage
Voir les plus beaux pays du monde.
J’ te
ferais l’amour sur la plage
En savourant chaque seconde
Où mon corps engourdi s’enflamme
Jusqu’à s’endormir dans tes bras,
Mais je suis femme et, quand on est femme,
On ne dit pas ces choses-là.

Je t’offrirais de beaux bijoux,
Des fleurs pour ton appartement,
Des parfums à vous rendre fou
Et, juste à côté de Milan,
Dans une ville qu’on appelle Bergame,
Je te
ferais construire une villa,
Mais je suis femme et, quand on est femme,
On n’achète pas ces choses-là.

Il faut dire que les temps ont changé.
De nos jours, c’est chacun pour soi.
Ces histoires d’amour démodées
N’arrivent qu’au cinéma.
On devient économe.
C’est dommage : moi j’aurais bien aimé (conditionnel passé : habría gustado)
Un peu plus d’humour et de tendresse.
Si les hommes n’étaient pas si pressés
De prendre maîtresse…
Ah ! si j’étais un homme !

Je t’appellerais tous les jours
Rien que pour entendre ta voix.
Je t’
appellerais “mon amour”,
Insisterais pour qu’on se voie
Et t’
inventerais un programme
À l’allure d’un soir de gala,
Mais je suis femme et, quand on est femme,
Ces choses-là ne se font pas.

Il faut dire que les temps ont changé.
De nos jours, c’est chacun pour soi.
Ces histoires d’amour démodées
N’arrivent qu’au cinéma.
On devient économe.
C’est dommage, moi j’aurais bien aimé
Un peu plus d’humour et de tendresse.
Si les hommes n’étaient pas si pressés
De prendre maîtresse…
Ah ! si j’étais un homme,
Je serais romantique…

El presente de subjuntivo con Louise Attaque.

Bonjour,

La formation du présent du subjonctif est expliqué ici, et vous avez les différents subjonctifs de cette chanson en rouge.

Allez viens, j’t’emmène au vent,
Je t’emmène au-dessus des gens,
Et je voudrais que tu te rappelles,
Notre amour est éternel
Et pas artificiel

[Refrain]
Je voudrais que tu te ramènes devant,
Que tu sois là de temps en temps
Et je voudrais que tu te rappelles,
Notre amour est éternel
Et pas artificiel

Je voudrais que tu m’appelles plus souvent
Que tu prennes parfois les devants
Et je voudrais que tu te rappelles,
Notre amour est éternel
Et pas artificiel

Je voudrais que tu sois celle que j’entends
Allez viens j’t’emmène au-dessus des gens
Et je voudrais que tu te rappelles,
Notre amourette éternelle,
Artificielle

[Refrain] x5
Je voudrais que tu te ramènes devant,
Que tu sois là de temps en temps
Et je voudrais que tu te rappelles,
Notre amour est éternel
Et pas artificiel

El presente de subjuntivo con Céline Dion

Le subjonctif présent :

radical de la 3ème personne du pluriel du présent de l’indicatif (sauf exceptions)

+

terminaisons (e, es, e, ions, iez, ent).

Exemples :

Danser Finir Vendre
Indicatif présent : ils dansent Indicatif présent : ils finissent Indicatif présent : ils vendent
Que je danse Que je finisse Que je vende
Que tu danses Que tu finisses Que tu vendes
Qu’il danse Qu’il finisse Qu’il vende
Que nous dansions Que nous finissions Que nous vendions
Que vous dansiez Que vous finissiez Que vous vendiez
Qu’ils dansent Qu’ils finissent Qu’ils vendent
  • Il existe des radicaux irréguliers : être, avoir, savoir, faire, aller…
  • Ce sont toujours les mêmes terminaisons sauf pour le verbe être et avoirEtre : sois, sois, soit, soyons, soyez, soient) Avoir (aie, aies, ait, ayons, ayez, aient)

Observez les différents subjonctifs dans la chanson de Céline Dion, dont notamment celui du verbe « savoir » (que je sache, que tu saches, etc.).

J’ai compris tous les mots, j’ai bien compris, merci
Raisonnable et nouveau, c’est ainsi par ici
Que les choses ont changé, que les fleur ont fané
Que le temps d’avant, c’était le temps d’avant
Que si tout zappe et lasse, les amours aussi passent

Il faut que tu saches

J’irai chercher ton cœur si tu l’emportes ailleurs
Même si dans tes danses d’autres dansent tes heures
J’irai chercher ton âme dans les froids dans les flammes
Je te jetterai des sorts pour que tu m’aimes encore

Fallait pas commencer m’attirer me toucher
Fallait pas tant donner, moi je sais pas jouer
On me dit qu’aujourd’hui,
On me dit que les autres font ainsi

Je ne suis pas les autres
Avant que l’on s’attache, avant que l’on se gâche

Je veux que tu saches

J’irai chercher ton cœur si tu l’emportes ailleurs
Même si dans tes danses d’autres dansent tes heures
J’irai chercher ton âme dans les froids dans les flammes
Je te jetterai des sorts pour que tu m’aimes encore

Je trouverai des langages pour chanter tes louanges
Je ferai nos bagages pour d’infinies vendanges
Les formules magiques des marabouts d’Afrique
J’les dirai sans remords pour que tu m’aimes encore

Je m’inventerai reine pour que tu me retiennes
Je me ferai nouvelle pour que le feu reprenne
Je deviendrai ces autres qui te donnent du plaisir
Vos jeux seront les nôtres, si tel est ton désir

Plus brillante plus belle pour une autre étincelle
Je me changerai en or pour que tu m’aimes encore.


Si + imparfait, conditionnel avec Daniel Balavoine

Pour exprimer une hypothèse avec si, l’espagnol utilise l’imparfait ou le plus-que-parfait du subjonctif suivi du conditionnel présent ou du conditionnel passé :

 Si fuera rico, no trabajaría.

Si hubiera trabajado en la escuela, yo seria medico

 Si ella no hubiera estado en la fiesta, no la habríamos echado de menos.

Or, le français utilise l’imparfait ou le plus-que-parfait de l’indicatif suivi du conditionnel présent ou du conditionnel passé :

Si j’étais (imparfait) riche, je ne travaillerais pas. (Hypothèse irréelle)

Si j’avais travaillé (plus-que-parfait) à l’école, je serais médecin. (Conséquence dans le présent)

Si elle n’était pas venu (plus-que-parfait) à la fête, elle ne nous aurait pas manqué. (Conséquence dans le passé)

Ça fait longtemps que t’es partie

Maintenant
Je t’écoute démonter ma vie
En pleurant
Si j’avais su qu’un matin
Je serais là, sali, jugé, sur un banc

Par l’ombre d’un corps
Que j’ai serré si souvent
Pour un enfant
Tu leur dis que mon métier
C’est du vent
Qu’on ne sait pas ce que je serai dans un an
S’ils savaient que pour toi, avant
De tous les chanteurs, j’étais le plus grand

Et que c’est pour ça
Que tu voulais un enfant
Devenu grand

[Refrain] :
Les juges et les lois
Ça m’fait pas peur
C’est mon fils ma bataille
Fallait pas qu’elle s’en aille
Je vais tout casser
Si vous touchez
Au fruit de mes entrailles
Fallait pas qu’elle s’en aille

Bien sûr c’est elle qui l’a porté
Et pourtant
C’est moi qui lui construis sa vie lentement
Tout ce qu’elle peut dire sur moi
N’est rien à côté du sourire qu’il me tend
L’absence a des torts
Que rien ne défend
C’est mon enfant


11 películas en francés para ver

Drame :

La journée de la jupe ( El día de la falda) : une professeure (Isabelle Adjani) enseigne dans un collège très difficile. Un jour, elle trouve (encuentra) un pistolet dans le sac à dos (mochila) d’un de ses élèves. Elle craque (se derrumba/se vuelve loca) et prend ses élèves en otage (retiene a sus alumnos como rehénes). Un film avec une tension extrême.

Les invasions barbares : un fils n’a pas de bons rapports (no se lleva bien) avec son père mourant. Il fait tout (hace todo) pour qu’il ait une fin de vie digne (tenga un fin de vida digno) . Un film très touchant (emotivo/sensible).

Welcome : un jeune (joven) immigré kurde est dans le nord de la France pour tenter de rejoindre sa fiancé (intentar reunirse con su prometida) en Angleterre. Il veut apprendre à nager (nadar) pour traverser la Manche à la nage. Un maître nageur, pour plaire (agradar) à son ex-femme, va l’aider (va a ayudarle). Un film poignant (desgarrador).

La môme : la vie d’Edith Piaf, une des chanteuses françaises les plus connues (conocidas) au monde. Un oscar de la meilleure actrice pour Marion Cotillard.

Les Témoins : des histoires d’amours et d’amitiés entre 4 personnes lors des débuts de la découverte du SIDA. Michel Blanc est extraordinaire.

Comédie dramatique :

Le premier jour du reste de ta vie (el primer día del resto de tu vida): plusieurs dates (varias fechas) importantes dans la vie d’une famille. On rit (reímos), on pleure (lloramos). Un film très réussi (logrado).

Le goût des autres (el gusto de los otros) : un chef d’entreprise (jefe de una empresa) n’est pas intéressé par la culture. Pourtant (sin embargo), il tombe amoureux (se enamora) d’une actrice de théâtre amateur. Par une coïncidence, celle-ci (ésta) va lui donner des cours d’anglais (clases de inglés). Il tente (intenta) de s’intégrer à ce milieu (medio) artistique.

Comédie :

Les visiteurs (los visitantes) : deux hommes du Moyen-Age se retrouvent (se encuentran) en France dans les années 1990. Très drôle (muy divertido).

Tanguy. Un homme de 28 ans vit toujours chez ses parents (todavía vive en casa de sus padres). Ses parents en ont marre (están hartos) : ils vont tout faire pour qu’il parte (para que se vaya). Un film qui pourrait très bien se passer en Espagne ou en Italie.

Thriller :

Pour elle. Une femme innocente se retrouve accusée et condamnée pour un crime. Son mari, simple professeur, va tout faire pour qu’elle s’évade (para que ella se escape). Une tension intense tout au long du film (durante toda la película).

Comédie musicale :

8 femmes. 8 femmes se retrouvent bloquées dans une maison. L’homme de la maison est retrouvé mort. La coupable est l’une d’entre elles. Un film superbe (soberbio/magnifico). Il s’agit du seul film (se trata de la única película) que j’ai vu deux fois au cinéma.